Avertir le modérateur

13/08/2008

Forbidden Love [Heureux Qui Communards A Fait Un Beau Voyage]

RER Chatelet-Les Halles 

Me dis que je le raterais bien.
Mon train.
Celui de 17h20.

Mais Paris est désert, et ça roule bien.

"Tu vas rencontrer QUI, tu dis ?" Il m'a demandé, mon pote.
"Un flic ..."
"Tu sais qu'tu files un mauvais coton, toi ?" il a plaisanté.

J'sais pas c'que j'file, mais en tous les cas, ça ressemble pas vraiment à du coton.
Tout c'que j'sais, c'est que nous sommes lundi, et que ça file doux et droit dans Paris.

Et si d'un seul coup, comme ça, par surprise ou par autre chose, ils rentraient tous de Trouville ou de La Baule, les parisiens, provoquant un bordel monstre, une pagaille dantesque, le grand embouteillage ?

Mais non.

Et déjà, nous dépassons ce bâtiment pesant de briques, l'Institut Médico-Légal, celui qui vous vaccine à vie d'un étrange théorème, celui affirmant que, seule compte la beauté intérieure.
Les tenants de ce théorème sont des psychologues de salons de coiffure, des auto-psys qui à grands coups de scalpels verbaux te ravale la façade, tes défauts physiques et ton acné juvénile.

"Et .. Comment ça s'fait ? .. Que tu .. Que tu rencontres, un flic ?"
"J'sais pas. Une envie."
"De quoi ?"
"De me mettre à table. De passer aux aveux."
"Et ça te prend là, comme ça, un lundi ?"
"Ben ouais. Ce doit être mon ascendant Balance qui prend le dessus .."

Et si j'lui inventais un passé de gangster, de délinquant notoire, un passé de sauvageon, de racaille qui se s'rait rangée mais très moyennement des voitures, peut-être qu'elle me les passerait ; les menottes ?
Te voilà serré mon lascar, j'te coffre, j'te gnouffe, j'te verbalise, et si tu bouges le moindre petit orteil, j't'éparpille, j'te disperse, j'te ventile ; tu piges ?
Allez zou mon pote, viens donc visiter ma taule !

Ok d'ac !
J'fais le prisonnier et toi ma geôlière !

Mais non plus.

J'reste désespérément sage.
En tongs de compète.
Et à la meilleure place possible.
Celle du mort.

Discretos, j'balance un oeil sur son tatouage et me demande si par hasard, elle n'aurait pas plutôt la peau douce que la peau lisse.
Et de la poésie à revendre ; aussi.

J'suis qu'un sonnet à la con qui rime à rien, infoutu de lui sortir quelques alexandrins de derrière les fagots, faits de vers et de pieds flamboyants qui, pour sûr, la ferait kiffer ; la keuf.
Mais j'suis cassé, brisé, disloqué, incapable de bouger, moi qui, le sais-tu, était, naguère, jadis, avant-hier, jeune et large d'épaule, bandit, insolent et drôle, on the road again.

But the road is clear.

J'vais donc pas le rater, ce foutu train.
Celui de 17h20.
Y'a rien à faire.
Tous ces maudits feux sont aux verts.
Paris reste désert.

Tant pis, j'ferai pas le prisonnier, tu s'ras pas ma geôlière.

Je m'éjecte et la vois qui m'appelle ; la bouche.
Celle du métro.
Châtelet-Les Halles.

J'vérifie en lousdé si elle l'a plus douce que lisse, la peau, et j'prends congés.

Surtout, ne pas se retourner.
Sinon, je l'engouffrerai pas.
C'te bouche
Ce tunnel.
Ne pas se retourner, sinon, j'te rebrousse chemin, j'te rate le train, et tant pis si ça m'vaut un gadin.

Tout de même, à mi-chemin, dans l'escalier, jeter un oeil, vite fait.

Elle est toujours là.
L'Alfetta.

Et merde !

J'suis qu'une pov' virgule rêvant de suspension en trois points.
Et de parenthèses qui jamais, ne se refermeraient.

Ouvrez-les donc vos guillemets.
Faites-moi vibrer en Majuscule.
Balancez-moi votre plus belle police de caractère.
Et bottez-moi le train.

A commencer par celui de 17h20.



podcast



03:58 Écrit par Josey Wales dans L'Epris | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : train, paris, benedicte desforges, peau, métro, parenthèse, geôlière |

Commentaires

Vous venez d'être flashé pour excès de points-virgules.

Écrit par : le flic | 13/08/2008

On est le 13, en même temps ..
C'est bien ma chance !
Tomber sur un flic ;-))

Et sinon ... J'dois vous montrer mes papiers, souffler dans ..
Ou ..

Ou, vous préférez que nous nous offrions quelques points de suspension ..

Ou alors, et là, ça rigole plus, un point final ?

Je vous suggère plutôt d'ouvrir les guillemets.

Écrit par : Josey Wales | 13/08/2008

N'essayez pas la corruption avec une ponctuation en échappement libre.

Entrez dans ma parenthèse, j'ai bien envie de vous verbaliser...
D'ailleurs, vous n'avez plus de points sur votre pas permis. Ni de virgules.
Mais s'il vous reste un trait d'union, faut voir...

-

Écrit par : le flic cynique du petit matin | 13/08/2008

On l'attend de pied ferme ! Clap ! Clap ! Clap !

Écrit par : TheCélinette | 13/08/2008

Ah zut une incorruptible ...

Ne vous gênez surtout pas : verbalisez-moi et copieux !
Mettez-moi le maximum !

J'aime quand aux traits d'union, vous y rajoutez des traits d'humour.

Gaffe tout de même : je pars en vrille quand la parenthèse.
Et que la bobinette chèra.

Écrit par : Josey Wales | 13/08/2008

Dans ce cas une belle virgule,
enfermée dans sa bulle
par une plume masculine ,
essayait de rattraper
un point à la ligne
qui me l avait volé.

touj mon cas qui escalada une majuscule,
descendit un point d ’exclamation,
retomba sur un tréma,
rebondit sur un point d ’interrogation,
trébucha sur une cédille,
se raccrocha à un point de suspension,
et plutôt mal à l ’aise,
s ’arrêta entre deux parenthèses.
....

Phil Le point, qui ne bougeait point,
prit un accent grave et dit à un tiret :
«Avant que je ne t ’apostrophe,
ouvre les guillemets, sinon jamais,
cette brave cas virgule minuscule
qui déambule de-ci, de là
ne me rattrapera » !
L ’accent circonflexe,
sans complexes,
déclara avec un accent aigu,
qu ’ils étaient déjà trop à l ’étroit,
et qu ’un de plus …

Ce à quoi le point répondit
que puisqu ’il en était ainsi,
il ferait le trait d ’union,
et prendrait la vagabonde sous son toit.
Ce qu ’il fit, ma foi, de bon cœur ............................................
et maintenant, que vais-je faire
de ce point virgule, dit ce pti primeur ?

Écrit par : relou | 13/08/2008

Ca fleure bon Marseille, cet exercice.

Bel exercice.
Rien à dire.

C'est bleu, parfois saignant, et pour finir, à point ...

,

Écrit par : Josey Wales | 14/08/2008

Quand dans un train d’enfer, vous vous êtes échappé,
Renonçant au pavé de Paris et ses îles,
Vous laissant avaler jusque dans ses entrailles,
Guidé par le cerbère du fil du temps compté,
Puisqu’entre bleue et rose, il faut quitter une ville,
Je vous ai laissé un au-revoir sur le rail.

Écrit par : le flic à Paris | 14/08/2008

Moi renoncer ?

Vous vous moquez ou bien ?

Le temps est une illusion, il compte pour du beurre, mais distrait par mon imagination pénible, je lui accorde parfois une importance qu'il ne mérite guère.

Ca m'fout des bleus à l'âme, et j'en pisse des mots roses.

Mais je ferai la nique au temps qui nous raille.

A bientôt.

Écrit par : Josey Wales | 14/08/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu