Avertir le modérateur

25/08/2008

Non, Mais T'as Vu Ma Gueule ?

"Le bonheur c'est du chagrin qui se repose."
[Léo Ferré]

Train De Nuit

Il vient de passer Cahors, le train de nuit.
Il est 5h02.
Je ne dors pas.

Tête posée sur mes genoux, tendrement je regarde les voyageurs en lousdé avec la folle envie de leur dire qu'ils sont beaux.
Qu'ils sont beaux, oui ! Parfaitement !
Même toi, là-bas, avec ton survêtement à la con, trop bleu, trop clair !

Il est 5h02, et va savoir pourquoi, dans ce tortillard nocture, j'ai subitement envie de sortir de ce qui m'encombre, m'encachotte et me pèse.
Me déloquer de mon moi.
Lever mon cul, et, avec la voix de cet abruti de franco-sénégalais de Richard Bohringer dire :
"C'est beau, non, les gars ? ... C'est beau un train de nuit, la nuit !"

Même que, juré, craché, c'est pas des sornettes.
Que je le pense vraiment.
Que ça me bouleverse, tellement je le pense fort.
Croix de bois, croix de fer, si j'mens, que c'train (dér)aille en Enfer !

Et quand bien même serait-ce le signe d'une vertigineuse phase de régression, ou d'une cul-cul-pralinerie ferroviaire, m'en fous, je maintiens, oui, que c'est beau : ce train, cette nuit, ces lumières tamisées, et vous, à moitié ou au trois-quart endormis.

C'est à 5h02 que, avec autant, sinon plus de retard que ce train de nuit a pris dès le départ, je comprends.
Je réalise.

Je réalise que c'est ça !
C'est ça que je voulais te dire quand inlassablement, en berne des fossettes, tu me questionnais ; quand un tantinet inquiète tu me demandais ce que j'avais, ce qui me passait par la tête, et qu'invariablement je te répondais :

- Non, mais t'as vu ma gueule ?

Alors qu'en fait.

Alors qu'en fête, je voulais te dire :

- C'est beau, non ? Ce moment. Tous ces moments ! ... Et nous ! Et nous en plein dedans ! ... Non mais tu te rends compte de la chance que nous avons ? De nous trouver là, tous les deux, rien que nous deux, au beau, si beau milieu de cet instant. De tous ces instants !

Et puis, non.
J'ai pas osé.
Dans ma gorge, tous ces mots sont restés.
Noués.
Avant de, sur mes cils, perler.
Puis sur ton étoile filante, glisser.

Comme si, le bonheur, c'était juste beau.
A pleurer.



podcast

16:54 Écrit par Josey Wales dans Confession, L'Epris | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : benedicte desforges, train de nuit, cahors, beauté, bonheur, etoile filante, jamiroquai |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu