Avertir le modérateur

23/12/2008

Je Me Souviens Que J’Etais Séropositif

 L'Innocence ....

Mais je ne veux plus l’être.

Comme l’enfant que je suis resté, je suis et me crois immortel.

Rien ne peut me tuer, me dis-je, rien ne peut m’atteindre, je ne mourrai pas, pas de ça, du Sida, ni d’autre chose d’ailleurs, croix de bois, croix de fer, si j’mens, j’vais rotir en enfer.

Je ne veux plus être séropositif, je veux vivre, m’envoler, m’extraire, m’aérer.

Je veux voir les gens comme avant, je veux les voir innocents, même si c’est pas vrai, m’en fous, je veux les aimer, comme quand j’étais vierge de tout, les serrer dans mes bras, leur montrer la Grande Ourse et la beauté d’une seconde, l’éternité.

Je veux retrouver mes vingt ans et demi, mon insouciance, ce trésor, je ne veux plus de "ça" dans mon sang.

Je veux partir pour d’autres contrées, t’emmener avec moi, dans le cou t’embrasser, ta main caresser, te faire rêver poulette, bord de mer, te conter fleurette, rire aux éclats, même d'obus, danser, virevolter.

Je me dis que voilà, si je décide que, alors tout, tout peut recommencer, je peux être à nouveau cet étrange garçon qui, sous la pluie, trouvait que tout de même, elle était belle, la Vie.

Je veux vivre comme c’est pas possible, tournoyer pour toujours et à jamais.

Je ne veux plus de "ça", de "ça" dans mon sang.

Comme on arrête de fumer, de boire, de trahir ou de se trahir, pour la nouvelle année, je voudrais, s’il vous plait, arrêter d’être.
Séropositif.

Tel l’enfant que j’étais, à nouveau, je voudrais être immortel.
Insubmersible.

Me baigner.

Aimer.

Puis, m’en aller.

Comme je suis venu.

Innocent.


podcast

"Je suis mort du Sida mais le Sida n'est pas mort avec moi" [Hervé Guibert] ... Mais il mourra avec moi, Hervé, je t'en fais le serment, sinon, croix de bois ....


21:46 Écrit par Josey Wales dans HIV, Mon Amour, L'Epris | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : sida, séropositivité, sang, des regrets, pluie, enfance, innocence |

08/10/2008

La Pluie, Ça Brûle

Dark Me

Je souriais, ce matin, 5h05, observant les Playmobils de la Mairie arroser rues et trottoirs.

Sous une pluie indocile et battante.

Va savoir pourquoi, je pensais à toutes ces petites recommandations faites au (con)citoyen infantilisé par un gouvernement bien pensant, un gouvernement victimaire subitement converti à l'écologie dont naguère il se moquait ; ces petites recommandations sympathiques (ou futiles au regard du Carnage qui nous attend) comme par exemple : économiser l'eau.

Ainsi l'été dernier, quand il te fut demandé, à toi, le retraité de ne pas la gaspiller pour quelques camélias, ou à toi, le paysan, pour quelques plans de maïs.

Et voilà qu'il pleut, des tonneaux, et toi, bandant tes tuyaux, tu l'arroses, et pas qu'un peu, ma ville rose.

Ainsi tourne le Monde, me disais-je, absurde et désinvolte, pluie tombante et bourses s'effondrant.
Le Monde, cet agonisant climatique économiquement occis.

L'est kapout, le mammouth, et nous dedans.
Au revoir, les enfants.

Que faire, pensais-je, sinon (en) sourire, tendre ses lèvres, ouvrir grand sa bouche et de plaisir, cette eau de pluie déglutir.
A l'eau, tailler des pipes tant désormais, piqués, niqués que nous sommes, jouir est ailleurs.
Et mon ailleurs is rich.

Boire cette eau, et soudain, enfin ! sentir feu son corps, brûler fort à l'intérieur.


podcast


22:13 Écrit par Josey Wales dans Shock Corridor | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : pluie, economie, ecologie, effondrement, carnage, radiohead |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu